Généalogie des Lanoue
Généalogie des Lanoue



Origine du nom Lanoue, de La Noue

Le premier à porter ce nom vivait au onzième siècle en Bretagne (France) à l'embouchure de la Loire. Á cet endroit les terres sont basses et humides.

Il semble qu'en France avant 1800, ce soit le patronyme "De La Noue" que l'on voit le plus souvent. Á cause de la Révolution française, après 1800, " De La Noue " devient " Delanoue " ou" Lanoue ", perdant ainsi leur apparence de noblesse.

Premières présences en Amérique

Un jésuite, Anne de Noue, après avoir passé plusieurs années à la cour de Henri IV comme page et comme officier vint en Nouvelle-France de 1626 à 1629 et oeuvra auprès des Hurons et des Montagnais. Rentré en France, il revint en 1632 et quatorze ans plus tard, parti de Trois-Rivières vers le fort de Sorel, il se perdit dans la neige et mourut. Il était né en 1587 à la commune de La Noue.

Le fondateur de l'Acadie (Port-Royal), Jean de Biencourt, sieur de Poutrincourt était originaire de Sézanne en Champagne. La commune voisine de cette localité française s'appelle La Noue, mais nous ne pouvons pas établir un rapport avec notre ancêtre d'Amérique Pierre Lanoue. Ce premier ancêtre de Port-Royal pourrait avoir été recruté par Jean de Biencourt.

Quelques De La Noue vinrent en Amérique, à preuve entre autre, à la forteresse de Louisbourg de l'île Royale, Toussaint-Marie de La Noue, écuyer, fils de feu "Haut et puissant Seigneur Messire Toussaint-Marie de La Noue, chevalier, seigneur de Bogard, La Ville-Korne, Saint-Hermès, etc., conseiller au Parlement de Bretagne et de Dame Marie-Madeleine Pressac, père et mère, natif de la paroisse de Quaissois, évêché de Saint-Brieuc, commandant pour le Roi à la Baie Espagnole épousa le 17 février 1775, Demoiselle Marguerite Guédry, fille de Paul Guédry et de noble dame Anne D'Entremont, natif de la paroisse Sainte-Croix, en Acadie, évêché de Québec, habitant à la baie Espagnole". (Extrait du registre du greffe du Conseil supérieur de Louisbourg, cité dans Les Derniers jours de l'Acadie, page 113). Mais par contre, il y avait aussi un "Lanoue" s'appelant François Lanoue, né en 1708, fils de Jean et de Périnne Mautré, de la paroisse de Ploubalay, évêché de Saint-Malo, marié à Louisbourg le 12 octobre 1730 à Anne Héron dit Parisien, fille d'Antoine et de Jeanne Verberu. Ces deux personnages venaient de Bretagne, dont le premier Toussaint-Marie, du même endroit que notre ancêtre Pierre.